Sommaire

La manœuvre de Valsalva consiste à réaliser une expiration en maintenant la glotte fermée. Elle est réalisée naturellement lors de certains efforts comme la toux ou la défécation, mais elle peut être provoquée volontairement dans certains cas. On vous en parle dans le détail dans cet article !

Manœuvre de Valsalva : définition

La manœuvre de Valsalva est un effort d'expiration contre des voies aériennes fermées. Elle peut être provoquée volontairement mais elle se produit aussi lors des efforts de toux, d'éternuement ou de défécation, ou lors du soulèvement d'un poids.

Elle peut être reproduite de plusieurs façons :

  • en expirant le nez pincé et la bouche fermée ;
  • en forçant comme pour aller à la selle ;
  • en soufflant à l'intérieur d'une paille.

La manœuvre de Valsalva produit une augmentation de la pression dans l'oreille moyenne, le thorax et l'abdomen. 

Elle favorise l'expulsion de particules étrangères ou de mucosités lors de la toux et de l'éternuement. Elle permet également une équilibration entre la pression extérieure ambiante et la pression régnant dans l'oreille moyenne, grâce à la circulation d'air dans la trompe d'Eustache qui relie l'oreille moyenne avec le haut de la gorge.

Utilisation de la manœuvre de Valsalva en médecine

La manœuvre de Valsalva est utilisée, d'une part, comme une aide dans le diagnostic de certaines pathologies, mais aussi comme outil de traitement dans certains troubles du rythme en cardiologie. 

En cardiologie

La manœuvre est utilisée pour évaluer le bon fonctionnement du système nerveux végétatif, qui permet de réguler de manière autonome différentes fonctions de l'organisme. Parmi ces fonctions, le système nerveux végétatif contrôle la pression artérielle par le baroréflexe. 

En effet, la manœuvre de Valsalva entraîne une augmentation de la pression dans le thorax ce qui augmente les résistances dans les grosses artères comme l'aorte et ainsi, augmente momentanément la pression artérielle. En réponse, les barorécepteurs situés dans la crosse de l'aorte sont stimulés, induisant une excitation du nerf vague, qui provoque un ralentissement du rythme cardiaque afin de baisser la pression artérielle.

De ce fait, la manœuvre de Valsalva permet de baisser la fréquence cardiaque dans les tachycardies supra-ventriculaires, troubles du rythme caractérisés par une accélération du rythme cardiaque. En outre, elle aide aussi à vérifier qu'un souffle cardiaque est fonctionnel, lorsque le souffle disparaît à la manœuvre.

En ORL

Elle permet d'apprécier le bon fonctionnement de la trompe d'eustache, en examinant le tympan à l'otoscope lors de la manœuvre : lorsque la trompe d'eustache est bien perméable à l'air, cela induit un bombement du tympan vers l'extérieur.

En urologie

La varicocèle est une dilatation anormale des veines testiculaires et peut entraîner des douleurs, une atrophie (rétrécissement) testiculaire, ou des problèmes de stérilité.

Lorsque la varicocèle n'est pas visible ni palpable, le médecin peut demander au patient de réaliser une manœuvre de Valsalva, qui induit, par diminution du retour veineux cardiaque, une augmentation du volume systolique cardiaque et donc une augmentation du volume sanguin amené aux veines testiculaires, qui accentue le paquet variqueux et permet de visualiser la varicocèle.

En neurologie 

L'exacerbation des douleurs à la manœuvre de Valsalva est un argument en faveur d'une hernie discale.

En chirurgie digestive

La manœuvre de Valsalva permet de mettre en évidence une hernie abdominale, à l'examen clinique ou lors d'un bilan d'imagerie (échographie, scanner), le sac herniaire ressortant à l'augmentation de la pression abdominale.

Manœuvre de Valsalva : utilisation en plongée

Lors de la descente en plongée, la pression extérieure augmente sous le poids de l'eau et vient comprimer l'air contenu dans l'oreille moyenne, qui appuie sur le tympan et provoque son bombement vers l'intérieur ce qui entraîne une gêne voire une douleur.

La manœuvre de Valsalva est une des méthodes pratiquées afin d'équilibrer les pressions dans l'oreille, entre l'extérieur et la trompe d'eustache. Elle consiste alors à pincer le nez et à souffler doucement, bouche fermée. Cela force l'ouverture de la trompe d'eustache et permet une entrée d'air dans l'oreille moyenne, depuis les fosses nasales, augmentant les pressions dans l'oreille moyenne et égalisant ainsi les pressions avec celle régnant à l'extérieur (pression ambiante). 

Le plongeur doit faire cette manœuvre très régulièrement au cours de la descente afin d'éviter les barotraumatismes, en effet une surpression extérieure risquerait, dans le cas contraire, de rompre le tympan et de créer des lésions de l'oreille interne.

La manœuvre ne doit pas être pratiquée, en revanche, pour la remontée pendant laquelle l'équilibrage se fait de façon spontanée, l'air se dilate et doit alors s'échapper de l'oreille pour équilibrer les pressions sans quoi le tympan risquerait aussi de se rompre. Le fait de rajouter de l'air dans l'oreille moyenne déjà remplie d'air risquerait d'entraîner une lésion du tympan.

Ces pros peuvent vous aider