Sommaire

 

L'otite barotraumatique touche l'oreille moyenne et survient quand la différence de pression entre les deux faces du tympan est trop importante. Le tympan se déforme alors et peut aller jusqu'à se déchirer, ce qui entraîne parfois des lésions sur les osselets ainsi qu'un risque d’infection.

L'otite barotraumatique est souvent favorisée par une perméabilité de la trompe d'Eustache ou une obstruction nasale (qui peut être aussi bien due à une déviation de la cloison nasale qu'à un rhume).

Otite barotraumatique : quelles sont les causes ?

Deux contextes sont à l'origine de la grande majorité des otites barotraumatiques :

  • la plongée sous-marine, avec un risque maximal à la descente et surtout lors du premier palier entre 3 et 4 mètres de profondeur. En cas de barotraumatisme, il faut remonter afin d’éviter des dégâts plus importants au niveau de l’oreille (s'il y a des vertiges, ils vont désorienter le plongeur et rendre la remontée impossible sans aide extérieure) ;
  • les variations brutales d’altitude : décollage ou atterrissage d’un avion mal pressurisé, dépressurisation subite, saut en chute libre du parachutiste (en réalité, tous les changements rapides d’altitude).

Le défaut d’équilibre des pressions entre l’extérieur et l’oreille moyenne se produit quand la trompe d’Eustache ne fonctionne pas correctement, même à la déglutition qui, en principe, facilite son ouverture dans l’arrière-gorge.

À la descente

À la montée

La pression extérieure va augmenter et pousser le tympan vers l’intérieur

La pression dans l’oreille moyenne va augmenter et pousser le tympan vers l’extérieur

L'air ne peut plus s'échapper car la trompe d'Eustache est bloquée

L’air est emprisonné dans l'oreille moyenne

Au final, les barotraumatismes affectent essentiellement l'oreille moyenne, car c'est à son niveau que se trouve l'air. Ils toucheront également :

  • parfois d’autres cavités, comme les sinus ;
  • très rarement l’oreille interne ou les deux (interne et moyenne simultanément) ;
  • tout à fait exceptionnellement l'oreille externe.

Les symptômes caractéristiques de l'otite barotraumatique

Principaux symptômes

Quelques symptômes prédominants apparaissent quand le tympan souffre :

  • une douleur vive dans l’oreille, qui apparaît lors de la compression ou de la décompression de l’oreille moyenne ;
  • une nette baisse de l’audition, notamment en cas de rupture du tympan ;
  • une sensation d’oreille bouchée, comme pleine de liquide ;
  • des bourdonnements ou acouphènes, inconstants ;
  • parfois des vertiges (mais systématiquement en cas d'atteinte de l'oreille interne).

Atteinte barotraumatique : les cinq stades

Par l'otoscopie, on distingue cinq stades permettant de déterminer la sévérité de l'atteinte. Les trois premiers stades peuvent être observés chez des enfants après un voyage en avion de ligne (22 % des enfants prenant l'avion sont concernés).

Stades

Séquelles

Caractéristiques

Stade 1

Rares séquelles auditives

L'étage supérieur de la caisse du tympan et le manche du marteau sont enflammés (rouges)

Stade 2

Rares séquelles auditives

Le tympan est rouge et rétracté

Stade 3

Séquelles auditives possibles

L'oreille moyenne présente une rougeur hémorragique et contient un liquide séreux avec risque de surinfection

Stade 4

Risques importants de séquelles auditives

On retrouve du sang dans l'oreille moyenne (hémorragie du tympan)

Stade 5

Risques importants de séquelles auditives

Le tympan est perforé

Otite barotraumatique : quel traitement ?

Les stades bénins (tympan rouge et congestif, tympan rétracté) guérissent sans séquelles en quelques jours. La douleur est soulagée par des antalgiques. La prise de corticoïdes ou d'antibiotiques est inutile car inefficace.

Les stades sévères (tympan déchiré, lésions associées des osselets ou de l’oreille interne par rupture de la fenêtre ovale) nécessitent une intervention réparatrice qui doit être la plus douce possible. Des séquelles auditives sont possibles et il faudra s'assurer que l'otoscopie finale est normale pour autoriser la reprise d'activités, telles que la plongée.

Comment prévenir l'otite barotraumatique ?

Le meilleur traitement de l'otite barotraumatique est la prévention. Ainsi, en plongée sous-marine, les barotraumatismes sont réellement évitables par :

  • le respect des règles de plongée, notamment des paliers ;
  • le respect des contre-indications, comme les épisodes infectieux ou allergiques des fosses nasales.

En cas de douleur dans une oreille lors d'une plongée :

  • déglutir la salive, se boucher le nez, fermer la bouche et souffler pour tenter d’ouvrir la trompe d’Eustache (manœuvre de Valsalva) à effectuer à la descente uniquement et idéalement avant l'apparition de la douleur ;
  • arrêter de plonger et se stabiliser à la profondeur la plus supportable avant de remonter par paliers.

En avion, surtout à l’atterrissage, les douleurs d’oreilles sont également évitables, notamment par la déglutition. Mâcher un chewing-gum ou sucer un bonbon sont des moyens courants proposés par le personnel navigant. Peu de maladies contre-indiquent un voyage avion, à l'exception des suites immédiates d’une opération ORL.

En cas de doute, consultez votre médecin ou votre spécialiste ORL.

Aussi dans la rubrique :

Comprendre l'otite

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider