Sommaire

 

La prévention de l'otite externe passe essentiellement par des mesures d'hygiène. En cas d'inflammation, une prise en charge rapide permettra également de prévenir les complications. Mais ces mesures s'avèrent inefficaces en cas d'otites moyennes ou internes. La prévention est donc à adapter au type d'otite et au degré d'infection.

Prévention des otites externes

L’otite externe (OE) peut en grande partie être évitée avec une bonne hygiène des conduits auditifs :

  • laver ou rincer à l’eau tiède 1 fois par jour et après une baignade (par exemple avec une poire d'oreille) ;
  • éliminer le cérumen qui a coulé (une simple mèche de coton suffit pour cela) ;
  • faire soigner l’eczéma ou le psoriasis éventuel ;
  • ne jamais introduire de coton-tige ou d’instrument dans le conduit auditif lui-même.

Prévention des otites moyennes

La prévention de l’otite moyenne aiguë (OMA) consiste en une parfaite hygiène des fosses nasales, surtout en période de rhinopharyngite en procédant à :

  • un nettoyage et un lavage soigneux des fosses nasales au sérum physiologique (dosettes, sprays) afin d'éviter la pénétration des germes dans la trompe auditive ;
  • une aspiration des mucosités plutôt que mouchage forcé, notamment le mouchage du bébé (même s'il faut bien sûr apprendre aux plus grands enfants à se moucher) ;
  • un traitement efficace des allergies respiratoires qui favorisent les otites à répétition ;
  • une ablation préventive des végétations en cas d’otites répétées.

Il est également nécessaire de faire en sorte de :

  • se laver les mains régulièrement, afin d'éviter les rhumes et donc, par extension, toute contagion d'otite ;
  • ne pas fumer ni s'exposer à la fumée du tabac (tabagisme passif), ce qui non seulement favorise l'apparition des otites mais, en plus, rallonge le temps de rémission ;
  • surveiller la température du logement (elle doit être idéalement comprise entre 18 et 20°C) ;
  • privilégier, pour les nourrissons, l'allaitement maternel au cours des 4 premiers mois (et jusqu'à 6 mois si possible) afin de renforcer les défenses immunitaires de l'enfant ;
  • tenir compte des bébés qui conservent trop longtemps la tétine dans la bouche ; elle n'est pas toujours propre et la succion exercée aide les microbes à remonter vers les oreilles.

L’otite moyenne chronique (OMC) peut quant à elle être évitée par un traitement médicamenteux efficace des otites moyennes aiguës (OMA) et un examen de contrôle par le médecin ou l’ORL dans les 10 jours qui suivent une otite aiguë.

À défaut de traitement, elle peut dégénérer :

Prévention des otites internes

La seule prévention de l’otite interne possible est un bon traitement médical des otites moyennes, aiguës ou chroniques. Elle peut être également dans certains cas la surveillance par l’ORL d'une intervention chirurgicale sur l’oreille moyenne, dont elle est une complication possible.

Prévention des otites barotraumatiques

La prévention des otites barotraumatiques est utile dans les situations où la trompe d'Eustache peut avoir des difficultés à équilibrer la pression entre l'oreille moyenne et l'extérieur. C'est notamment le cas au cours d'activités telles que la plongée sous-marine ou lors d'un voyage en avion.

Il est en réalité assez simple d'éviter un barotraumatisme en respectant quelques recommandations.

Plongée sous-marine

  • En cas de plongée, la descente doit être progressive, de façon à laisser le temps à la trompe d'Eustache d'équilibrer les pressions interne et externe.
  • Pour faciliter cette équilibration, expirer ou avaler en se pinçant les narines.
  • Expirer de façon continue lors de la remontée.

Voyage en avion

  • Dans le cadre d'un voyage en avion, il peut être nécessaire de prendre un décongestionnant nasal (sur prescription médicale) en cas de tendance aux otites.
  • Mâcher un chewing-gum lors du décollage et l'atterrissage aide à équilibrer les pressions.
  • Il est aussi possible d'utiliser des bouchons d'oreille, notamment lors de la descente.

Ces pros peuvent vous aider